L’interdiction de RT et Sputnik : impacts et implications pour l’écosystème en ligne français

Authors: Sasha Moriniere, Zoé Fourel

Published: 19 April 2022

Le 2 mars 2022, les deux organes médiatiques russes, RT et Sputnik, se voient bannis de l’espace informationnel européen et français, en réaction à l’“agression militaire non provoquée et injustifiée commise par la Russie contre l’Ukraine” (Conseil de l’Union européenne). Les deux opérateurs n’ont plus le droit d’émettre ni de diffuser dans ou en direction de l’UE afin de contrer les campagnes de manipulation de l’information et de désinformation orchestrées par le gouvernement russe. Une série de mesures prise par les plateformes numériques ont donc fait suite à l’adoption de cette sanction au sein de l’UE et c’est cela qui constitue le cœur de cette étude. En effet, les chercheurs de l’ISD ont observé pendant quelques semaines la mise en application de la directive européenne sur différentes plateformes, notamment Facebook, Instagram, Telegram et Twitter mais également analysé les effets de cette mesure sur ces différentes plateformes ainsi que les stratégies de contournement promues par certains réseaux d’internautes.

Cette publication a pour vocation d’analyser les conséquences de l’exclusion de RT et Sputnik France du paysage informationnel français, en s’attachant à observer l’efficacité d’une telle mesure sur l’activité et la réception de ces deux médias. Les chercheuses de l’ISD ont mené un travail d’observation et d’analyse approfondi des types de discours que cette mesure a contribué à alimenter dans les communautés où circulent de nombreux narratifs extrémistes et/ou de désinformation.

Ce rapport a été mis à jour le 26 avril 2022 avec une modification du troisième paragraphe de l’introduction pour attribuer correctement une citation à son auteur, Maxime Audinet.

Download Report

The Murky Origin Story of #IstandwithRussia

This briefing note is intended to understand the origins of the #IstandwithRussia campaign, the accounts behind it, and the parallels and linkages it has to pro-Kremlin media and narratives on social media platforms.