L’échec du lancement de Gettr en France et en Allemagne

06/04/2022

Par Richard Kuchta, Lea Gerster et Roman Adamczyk

Cette étude est aussi disponible en anglais.

Les émeutes au Capitole américain du 6 janvier 2021 ont entraîné des bouleversements importants dans le monde des réseaux sociaux. Donald Trump a été banni des principales plateformes telles que Facebook, YouTube et Twitter. De nombreux partisans de Donald Trump ont aussi été suspendus pour avoir partagé de la désinformation ou des contenus extrémistes, et Parler, un clone de Twitter qui était populaire parmi les soutiens de l’ancien président américain, a également été mis hors ligne.

En juillet 2021, un nouveau réseau social a vu le jour : l’application de microblogging Gettr. Fondée par Jason Miller, un ancien collaborateur de Donald Trump, la plateforme espérait séduire les partisans de l’ancien président américain, en promettant d’être un réseau social “sans préjugés” [sic] qui ne supprimerait pas les contenus censurés par la modération des autres plateformes.

L’approche en apparence laxiste de Gettr en matière de modération de contenus a rapidement suscité des craintes de voir la plateforme devenir un hub international pour la propagande extrémiste. Plusieurs articles de médias français et allemands, dont un article très récent du Monde, ont par exemple souligné les efforts de Gettr pour attirer des figures européennes d’extrême droite sur la plateforme. Une étude de l’ISD a également montré, entre autres, comment des influenceurs de la mouvance identitaire française encouragent leurs abonnés à rejoindre ce nouveau réseau social.

Cependant, jusque-là, les actions de Gettr pour développer sa présence en Europe n’ont pas encore rencontré beaucoup de succès.

Dans cette étude, nous avons analysé l’activité de plusieurs comptes Gettr français et allemands et comparé leurs nombres d’abonnés sur Gettr et Twitter. Nous avons également examiné les volumes de partages de liens Gettr dans des chaînes Telegram complotistes et d’extrême droite ainsi que passé au crible comment Gettr a gonflé pendant longtemps le nombre d’abonnés de certains comptes liés à des figures publiques. Nous sommes arrivés à la conclusion que contrairement à certaines affirmations qui ont pu circuler, le succès de Gettr en Europe reste pour l’instant extrêmement limité.

_________________________________________________________________________________

L’effort initial de Gettr pour gonfler artificiellement le nombre d’abonnés de personnalités publiques sur la plateforme

De nombreux comptes Gettr ont affiché pendant longtemps un nombre d’abonnés très supérieur au nombre de comptes qui les suivaient réellement et directement sur la plateforme. Ce gonflement artificiel des chiffres d’abonnés s’explique par le fait que le réseau social américain a agrégé pendant longtemps aux nouveaux abonnés Gettr de certaines figures publiques le nombre d’abonnés Twitter que ces personnalités avaient au moment de la création de leur compte sur le nouveau réseau social. Ce processus de transfert de métriques depuis Twitter n’a jamais été transparent et, malgré quelques changements, il reste difficile d’en comprendre tous les ressorts.

À la suite de critiques formulées par l’animateur américain Joe Rogan au début de l’année 2022, qui se moquait de la façon dont Gettr a additionné ses abonnés Twitter et Gettr pour donner l’impression que son nouveau compte Gettr était massivement suivi, la plateforme a modifié la présentation des données relatives aux abonnés de comptes Gettr. Ainsi, le réseau social affiche désormais des données désagrégées, mettant en avant pour certains comptes à la fois un nombre de « Followers sur Gettr» et un « nombre total de followers », ce qui permet de distinguer un peu mieux le niveau réel et organique d’abonnés Gettr pour des personnalités françaises et allemandes.

Cependant, même cette nouvelle présentation des chiffres d’abonnés ne suffit pas à rendre le processus plus transparent et cohérent. On ne sait ni pourquoi ni comment certains comptes ont bénéficié d’un transfert de données d’abonnés depuis Twitter et pas d’autres. De plus, il n’est pas expliqué clairement quelles sont les données importées de Twitter pour calculer « le nombre total de followers» pour certains comptes ni si elles sont mises à jour par la suite. Gettr ne fournit pas d’informations claires sur toutes ces questions.

Ainsi, le compte Gettr de Boris Reitschuster, un blogueur allemand connu pour avoir diffusé des fausses informations sur le Covid-19, est un bon exemple de la difficulté d’interpréter les données « abonnés » liées à la plateforme. Au moment de la rédaction de notre étude, son compte Gettr était suivi par 94 100 « followers sur Gettr» et 185 800 « nombre total de followers», ce qui aurait dû logiquement signifier que Boris Reitschuster était suivi à ce moment-là par 91 700 personnes sur Twitter. Or, ce n’était pas le cas, car au moment de la collecte des données, Boris Reitschuster avait déjà plus de 126 300 abonnés sur Twitter.

Il nous a fallu faire une analyse approfondie des données historiques d’abonnés Twitter de Boris Reitschuster pour se rendre compte qu’il avait en réalité 91 700 abonnés sur Twitter quand il a rejoint Gettr en juillet 2021. Cela suggère que pour certaines figures publiques, Gettr importe le nombre d’abonnés dont ils disposaient sur Twitter au moment où ils ont rejoint Gettr mais n’actualise pas les chiffres par la suite.

Twitter profile screenshot

Image 1 : Capture d’écran du compte Gettr de Boris Reitschuster réalisée le 7 mars 2022.

Le profil Gettr de l’homme politique souverainiste Florian Philippot est aussi un autre bon exemple de la manière dont les chiffres d’abonnés de Gettr ont pu donner la fausse impression à certains médias que la plateforme attirait rapidement de nombreux nouveaux utilisateurs en Europe. Le 10 janvier 2022, le compte Gettr de Florian Philippot affichait 243 400 abonnés.

Un mois plus tard, après que Gettr a changé la présentation des données « abonnés », son compte ne comptait plus que 14 900 « Followers sur Gettr », pour un « nombre total de followers » de 248 000, ce qui indique que son nombre d’abonnés Gettr du 10 janvier incluait en réalité aussi le nombre d’abonnés Twitter qu’il avait au moment de la création de son compte sur le nouveau réseau social.

Twitter and Gettr screenshots

Image 2 : Captures d’écran du compte Gettr de Florian Philippot prises le 10 janvier 2022 et le 10 février 2022.

Mais ce transfert de données d’abonnés Twitter ne concerne pas tous les utilisateurs de Gettr, ni même toutes les personnalités publiques de premier ordre. De manière surprenante, on constate, par exemple, qu’Éric Zemmour n’a pas l’air d’avoir bénéficié d’un tel mécanisme lorsqu’il a rejoint Gettr en juillet 2021, son compte Gettr n’affichant qu’un nombre d’abonnés global. En revanche, le directeur de la stratégie numérique pour sa campagne, Samuel Lafont, a bénéficié d’un tel traitement de faveur, comme le prouve le fait que son compte Gettr affiche maintenant des compteurs “Followers sur Gettr” et ” Nombre total de followers” et non un compteur global d’abonnés comme Eric Zemmour .

Cela démontre l’opacité qui entoure la manière dont les utilisateurs sont sélectionnés afin de bénéficier du transfert de leurs données d’abonnés de Twitter à Gettr.

Gettr permet d’atteindre des audiences bien moindre que Twitter

Outre les chiffres d’abonnés trompeurs de Gettr, il existe toujours une grande disparité entre l’audience d’acteurs complotistes ou issus de l’extrême droite européenne sur Gettr par rapport à la popularité qui leur est offerte sur des plateformes plus généralistes et bénéficiant d’audiences beaucoup plus larges comme Twitter. Ainsi, le nombre d’abonnés d’une figure publique sur Gettr est dans la plupart du temps très inférieur à celui de son compte Twitter, une différence pouvant souvent atteindre un rapport de 1 pour 10 voire plus, ce qui suggère que Gettr ne parvient toujours pas à attirer un large public.

Cet écart est très flagrant pour plusieurs comptes allemands (tableau 1). Il s’agit notamment des comptes officiels du parti d’extrême droite Alternative für Deutschland (AfD), qui est suivi par 125 000 personnes sur Twitter mais a uniquement 12 000 abonnés sur Gettr. C’est aussi le cas pour la femme politique de l’AfD Beatrix von Storch, qui cumule près de 70 000 abonnés sur Twitter mais n’est suivi que par 3 100 personnes sur Gettr.

Il existe des écarts similaires entre le nombre d’abonnés Twitter et Gettr pour des personnalités et organisations françaises de premier plan. Le média conservateur Valeurs Actuelles est par exemple suivi par 320 000 personnes sur Twitter mais a uniquement 6 800 abonnés sur Gettr. (tableau 2).

(Tableau 1)

Nom Type d’acteur Abonnés Gettr Abonnés Twitter
Beatrix von Storch Femme politique membre du parti d’extrême droite AfD 3.1k 70.5k
AfD Parti politique d’extrême-droite 13k 172.7k
COMPACT Site d’extrême-droite 4.9k 32.8k
Ein Prozent Groupe de campagne d’extrême-droite 0.7k 16k
Reiner Fuellmich Membre de DieBasis 1.5k 13.1k

(Tableau 2)

Nom Type d’acteur Abonnés Gettr  Abonnés Twitter
Florian Philippot Homme politique souverainiste 16.5k 335.9k
Eric Zemmour Homme politique et influenceur d’extrême-droite, fondateur du parti Reconquête et candidate à l’élection présidentielle 44.7k 375.5k
Jean Messiha Homme politique et influenceur d’extrême-droite 9.6k 164k (chiffre d’août 2021, date à laquelle il a été banni de Twitter)
France Soir Média alternatif régulièrement accusé de diffuser de la désinformation 3.1k 123.6k
Valeurs Actuelles Média conservateur à la ligne éditoriale proche de l’extrême droite 6.8k 320k

Les comptes Gettr de plusieurs figures conservatrices et d’extrême droite sont inactifs.

Alors que Gettr met en avant la présence de personnalités conservatrices et d’extrême droite allemandes et françaises sur la plateforme pour attirer de nouveaux utilisateurs, il est intéressant de noter que plusieurs comptes de ces personnalités n’ont quasiment jamais été utilisés et paraissent, malgré les apparences, inactifs.

En France, c’est le cas par exemple pour plusieurs députés européens d’extrême droite, comme Thierry Mariani et Louis Aliot, et des personnalités conservatrices, comme André Bercoff et Elizabeth Levy, qui ne semblent avoir jamais utilisé leurs comptes Gettr.

Ainsi, Thierry Mariani, n’a rien posté sur Gettr depuis le 13 octobre 2021 alors qu’il est censé avoir rejoint Gettr le même jour selon un message publié par un compte officiel du réseau social. Les seules publications sur son profil semblent être exclusivement d’anciens tweets qui ont été importés lors de la création de son compte Gettr.

Gettr screenshot

Image 3: (Gauche) Message du compte officiel Gettr accueillant Thierry Mariani sur la plateforme ; (Droite) Flux du compte Gettr de Thierry Mariani. Captures d’écran réalisées le 7 mars 2022.

De manière similaire, le compte Gettr d’Alice Weidel, la co-dirigeante de l’AfD lors de la campagne pour les élections fédérales allemande de 2021, n’avait rien publié depuis le 6 décembre 2021 au moment de notre étude (début mars 2022) alors que selon la plateforme, son compte avait été créé en décembre 2021. De plus, le contenu de son compte Gettr était composé de messages identiques à ceux produits par son compte Twitter officiel – y compris des tweets publiés avant même la création de son compte Gettr. Cela pouvait donner l’impression que son compte Gettr a déjà été très actif, alors qu’en réalité la plupart (sinon la totalité) du contenu visible sur la plateforme avait été importé directement de Twitter au moment de la création de son compte.

Gettr screenshot

Image 4 : Capture d’écran du compte Gettr d’Alice Weidel prise le 7 mars 2022

Les liens vers Gettr sont très peu partagés dans des chaînes Telegram extrémistes et complotistes en France et Allemagne

France

En France, pour essayer de se faire une idée du niveau d’utilisation de Gettr dans certaines communautés, nous avons collecté tous les messages partagés sur des chaînes Telegram extrémistes et complotistes entre le 1er novembre 2021 et le 14 février 2022. Les chercheurs de l’ISD ont ainsi collecté un total de 141 548 messages provenant de 112 chaînes Telegram. Seulement 278 de ces messages (soit 0,19%) contenaient un lien vers Gettr.

Alors que certains influenceurs d’extrême droite et complotistes sont actifs sur Gettr, ils semblent ne partager que très rarement sur leurs chaînes Telegram des contenus provenant de leurs comptes Gettr. Sur la période étudiée, des personnalités d’extrême droite ou complotistes comme Damien Rieu, Thais d’Escufon, Silvano Trotta et Daniel Conservano n’ont partagé respectivement sur Telegram qu’entre 1 et 3 Urls Gettr, illustrant le rôle secondaire joué par cette plateforme dans leurs activités en ligne.

De même, si nous avons observé une légère augmentation du nombre de liens Gettr partagés sur Telegram au début du mois de février, le volume global reste très faible, ce qui suggère que Gettr n’est pas un outil central de communication et de production de contenus pour les communautés françaises complotistes et d’extrême droite.

graph

Allemagne

De même, en Allemagne, les chercheurs de l’ISD ont collecté tous les messages provenant de 223 chaînes Telegram germanophones liés à des acteurs d’extrême droite ou complotistes sur la période allant du 1er juillet 2021 au 21 février 2022. Cela représente un total de 981 403 messages.

Seulement 0,2% de ces messages contenaient un lien vers Gettr et sur la période étudiée (plus de 7 mois), seulement 41% des chaînes Telegram avaient partagé au moins une fois un lien vers Gettr.

Une analyse plus poussée a montré que les quatre liens Gettr les plus partagés dans ces chaînes Telegram allemandes représentaient au total près de 53% des occurrences de liens Gettr qui ont circulé dans l’environnement étudié. Ces quatre liens renvoient vers les comptes Gettr de 4 acteurs allemands, qui disposent de chaînes Telegram très populaires, bien plus suivies que leurs comptes Gettr. Cependant, ils font aussi régulièrement la promotion de leurs profils Gettr dans leurs publications Telegram, des messages qui sont ensuite repris via la fonction transfert par d’autres chaînes Telegram. Cela explique pourquoi ces liens très spécifiques se retrouvent propagés régulièrement dans de nombreux écosystèmes Telegram. Ainsi, il semble donc que le partage de liens Gettr sur Telegram en Allemagne ne soit en réalité principalement le fait que d’une poignée d’individus, plus que la preuve d’un usage large de Gettr par les communautés complotistes et extrémistes allemandes suivies par l’ISD.

Le volume de messages contenant des liens vers Gettr en Allemagne a augmenté de manière significative entre le 11 et le 13 février. Deux liens spécifiques semblent être à l’origine de cette augmentation.

Le premier lien redirigeait vers le profil Gettr d’une chaîne Telegram de « santé alternative », qui discute régulièrement de sujets tels que le contrôle de la pensée, la mélatonine, la 5G et la désintoxication des personnes à l’aide de roches volcaniques. L’un de leurs messages sur Telegram, incluant un lien vers leur compte Gettr, a été largement repartagé parmi les chaînes suivies par l’ISD, expliquant mécaniquement en partie pourquoi le nombre de partages de liens Gettr a augmenté sur la période.

De même, le deuxième lien renvoyait vers le profil Gettr d’un membre de l’extrême droite suisse, ayant publié du contenu sur diverses manifestations dans des pays germanophones. Entre le 11 et le 13 février, cet activiste a ajouté un lien vers son profil Gettr comme “signature” pour tous ses messages Telegram, qui ont ensuite été repartagés par plusieurs des chaînes Telegram que nous avons analysées, ce qui a contribué à l’augmentation du volume de liens Gettr partagés dans l’écosystème.

Globalement, on se rend compte que le partage de liens Gettr sur Telegram repose essentiellement sur un nombre limité d’acteurs qui possèdent un compte sur ladite plateforme et en font la promotion, plus que sur une adoption très large de Gettr par les communautés allemandes complotistes et d’extrême droite.

graph

Conclusion

Pour les analystes de l’ISD, il semble pour l’instant peu probable que Gettr parvienne à devenir le prochain hub en ligne pour les extrémistes allemands ou français.

Si l’on s’en tient uniquement aux nombres d’abonnés, il est évident que les acteurs européens conservateurs et d’extrême droite peuvent atteindre une audience beaucoup plus importante sur Twitter que sur Gettr. En outre, le nouveau réseau social ne semble être utilisé que par une poignée d’individus qui sont également actifs sur d’autres plateformes et ne sont donc pas dépendants de celui-ci pour assurer leur visibilité en ligne. Certains acteurs semblent considérer Gettr exclusivement comme une solution de secours et de repli en cas de suspension sur Twitter et n’utilisent pour l’instant pas leurs comptes sur la plateforme. L’incapacité de cette plateforme alternative à générer une activité organique soulève donc des questions quant à sa capacité de développement sur le long terme.

Cependant, certains facteurs exogènes pourraient lui redonner un second souffle : lors de notre analyse, nous avons par exemple observé une augmentation des appels à rejoindre Gettr en France après que Twitter a banni par erreur pendant quelques heures des comptes liés à la campagne d’Éric Zemmour. Bien que Gettr connaisse pour l’instant un succès très limité en l’Europe, il reste donc une part d’incertitude concernant son avenir.

Enfin, il est intéressant de noter qu’en Allemagne, la modération de Gettr a suspendu l’activiste d’extrême droite Attila Hildmann, qui dispose pourtant toujours d’une chaîne Telegram. Cela écorne l’image de la plateforme qui cherche à se présenter comme un espace refuge sans censure pour ceux qui propagent des messages controversés.

Pour finir, l’arrivée sur le marché de Truth Social, le réseau social concurrent soutenu par Donald Trump, contribue à rendre l’avenir de Gettr encore plus incertain.

 

The Houthi (Ansar Allah) Digital Ecosystem

This Dispatch analyses how the Houthi movement leverages social media amidst the Israel-Hamas conflict and Red Sea crisis, exploiting inconsistencies in government designations & platform policies to reach wider online audiences.